Réflexions sur le voyage, Voyages

5 choses que j’ai apprises en voyageant seule

18 mars 2015

5 choses que j'ai apprises en voyageant seule

Voyager seule m’en a appris autant sur moi-même que sur les autres. Voyager seule m’a fait grandir et évoluer. Il m’aura fallu 6 mois en Grèce, un an en Australie, 4 ans et demi au Canada et 6 mois en Asie pour réaliser que le chemin parcouru ne se mesurait pas uniquement en kilomètres. J’ai appris mille et unes choses durant ces voyages ou ces périodes de vie à l’étranger. Mais surtout, j’ai appris que j’avais toujours à apprendre et que j’apprendrais toujours plus sur moi-même et les autres au fur et à mesure de mes voyages et de la vie…

Voici 5 des choses les plus importantes que je considèrent avoir développées et acquises durant mes voyages en solo :

1 – J’ai appris à sortir de votre zone de confort

Voyager nous amène dans des lieux inconnus. Plus encore, dans des lieux où on ne parle pas un mot de la langue du pays. Peu importe le voyage, peu importe la durée, peu importe le lieu, on perd (tout ou une partie de) nos repères. Nos sens sont en éveil. Notre regard fuse chaque détail. Notre ouïe décortique chaque son. Notre nez inspecte chaque odeur. Seule notre voix, peut-être, reste muette par moment. Nous devons faire face à l’inconnu, aller de l’avant, aller vers les autres. Ce sont les meilleurs moments pour se surpasser et repousser ses propres limites.

2 – J’ai appris à m’adapter rapidement

En voyageant, nous sommes confronter à d’autres cultures et d’autres manières de penser. On s’adapte. Et vite. Car plus on s’adapte rapidement, et mieux on s’imprègne de la culture du pays.  On apprend à interagir avec les locaux et comment se comporter avec eux. S’adapter est vital. Cela m’a pris du temps lorsque je suis arrivée en Asie. Il m’aura fallu trois semaines pour me sentir bien en Thaïlande et saisir ce qui se passait autour de moi. Mais une fois que ce fût fait, toutes mes tensions se sont libérées. Et durant le reste de mon voyage, j’ai réussi à m’adapter en quelques jours à chaque pays. Le choc culturel étant moins important…

3 – J’ai appris à faire confiance aux autres

Lors de mon voyage en Asie, j’ai appris à lâcher du leste, ne pas toujours être en contrôle. Tout simplement parce que je ne le pouvais pas. Lorsque l’on réserve un ticket de bus avec des connexions, on ne sait pas toujours comment cela va se passer. On nous trimballe de droite à gauche. Les tickets passent de main en main sans qu’on en voit la couleur. On apprend à faire confiance. Ils savent ce qu’ils font. On rencontre d’autres voyageurs, on partage notre chambre avec eux pour quelques nuits le temps d’un trip avant que nos chemins ne se séparent pour aller dans d’autres directions. Là aussi, on apprend à donner notre confiance plus rapidement que dans la vie quotidienne. Ce ne sont que deux exemples parmi tant d’autres… Mais finalement, on sait rapidement à qui on peut faire confiance ou non.

5 choses que j'ai apprises en voyageant seule

 4- J’ai appris à avoir confiance en moi

Cela est peut-être plus important chez les timides et les introvertis. Pour ma part, plus je voyage et plus je sens la confiance grandir en moi. Il faut dire que je reviens de loin. Et je crois que cela fonctionne pour tout le monde de la même manière. Un voyage est comme un accomplissement souvent, un challenge parfois, un rêve toujours. De retour à la maison, on se sent plus fort, plus apte à relever des défis. Voyager seule m’a permis de réaliser que j’étais plus forte que je ne le pensais.

5 – J’ai appris à vivre l’instant présent

Au cours d’un voyage, il n’y a pas de demain ou d’hier. Il n’y a qu’aujourd’hui. On planifie rarement à plus de trois jours en avance. On se couche seulement en regardant dans notre guide ce que l’on fera le lendemain. On vit le moment et les choses plus intensément. On vit loin de l’organisation d’un planning. Vivre l’instant présent est un peu comme une libération… On apprend à laisser la magie du moment nous envahir et prendre le contrôle.

Et vous, qu’avez-vous appris en voyageant seul(e)?

Crédits photo : Jessica Polar // Lee Scott 

You Might Also Like

27 Comments

  • Reply Henri-Philippe 18 mars 2015 at 9 h 22 min

    Avoir un regard comparatif en regardant son Pays d’origine, ses qualités, ses défauts, ses blocages, ses potentiels exploités ou inexploités…………Etes vous d’accord avec cela?

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 9 h 32 min

      Tout à fait d’accord. J’ai plutôt mis l’accent sur les choses personnelles. Mais je ne peux que approuver ce point. C’est en partant loin que j’ai appris à avoir un regard critique sur la France et les français, que ce soit en positif ou en négatif. 🙂

  • Reply prettylittletruth 18 mars 2015 at 9 h 33 min

    Tout a fait d’accord avec toi sur tous ces points. On apprend tellement en voyageant seule, et on apprend aussi qu’on peut le faire 🙂

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 10 h 22 min

      Exact. Et comme on a personne sur qui compter ou s’appuyer, on donne plus d’énergie à tout ça…

  • Reply unepetiteparenthese25 18 mars 2015 at 10 h 10 min

    Je ne voyage pas seule mais à deux et pourtant je me retrouve bien dans ta liste 🙂 Car même si l’on est 2, l’autre ne peut pas prendre tout en charge, il faut donc se bouger les fesses et apprendre à se faire confiance !

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 10 h 24 min

      C’est vrai que c’est aussi valable quand on voyage à deux ou plusieurs. Mais par contre, à deux, il y a des moments où on peut s’appuyer un peu sur l’autre de temps en temps dans certaines situations. Mais comme tu dis, pas dans toutes…
      Voyager, que ce soit seul ou à deux, ça nous apprend tout un tas de choses…

  • Reply Elanorlabelle 18 mars 2015 at 11 h 53 min

    Le peu d’expérience de voyage que j’ai, c’est en voyageant seule. Ça date de quelques années mais je pense que ce que ça m’a le plus appris/apporté, c’est de faire des choses que je n’aurais pas pensé faire autrement. Repousser ses limites, sortir de sa zone de confort comme tu le dis. A tel point que parfois je repense à des moments en me disant « c’est moi qui ai fait ça ?. Après, et c’est le problème actuel, j’aimerai repartir mais j’ai peur. Peur de n’être plus capable de repousser mes limites comme je l’ai fait. J’ai beau essayer de me convaincre rien n’y fait…
    Quant à profiter de l’instant présent, étrangement, c’est depuis que je ne bouge pas et que je vois le temps se dérouler lentement sous mes yeux que j’en prends conscience.

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 17 h 52 min

      Je pense que si tu passes le cap de repartir en achetant un billet d’avion et en planifiant un nouveau voyage, tu t’en sentiras capable. Une fois qu’on y est, on n’a pas le choix 🙂 C’est juste un pas à faire… et le reste découle de lui-même…
      L’instant présent, on le ressent surtout en voyage j’ai l’impression. Dès qu’on retombe dans un rythme métro-boulot-dodo… c’est comme si ça s’évaporait… comme si on oubliait. Et c’est dur d’y faire face et de changer cela. Je comprends parfaitement ce que tu veux dire.

  • Reply Laurie 18 mars 2015 at 12 h 26 min

    Je suis tout à fait d’accord avec les 5 points que tu abordes. En septembre dernier je suis venue seule à Sydney et j’ai vite appris à sortir de ma zone de confort. Je m’apprête à partir voyager toute seule avec mon sac à dos pendant un mois, en Australie et en Indonésie. Il y a quelques mois, je n’aurais jamais pensé en être capable !

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 17 h 34 min

      Ah Sydney ! C’est marrant, mais autant l’adaptation à l’Australie a été rapide de mon côté, autant le choc a été grand. Je ne sais pas pourquoi. Heureusement, c’est un pays facile pour s’adapter et prendre ses marques. Profite bien de l’Australie et de l’Indonésie 🙂
      Et tout comme toi, il y a quelques années, je n’aurai pas cru être capable de tout cela… mais finalement, c’est pas si compliqué.
      J’espère que tu parleras de ton voyage sur ton blog ! Je veux voir des photos d’Australie.
      Signé la fille qui ne se remettra jamais de son voyage au pays des kangourous… Lol

  • Reply Lesdoucesparoles 18 mars 2015 at 14 h 46 min

    Je n’ai jamais voyagé seule, je trouve cela assez angoissant à vrai dire ! Je ne sais pas si je serrai capable de le faire !
    En tout cas, ton article est très bien écrit. J’aime beaucoup !
    Bonne après-midi 🙂

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 18 h 07 min

      Merci, c’est très gentil 🙂
      Et rassure-toi, ce n’est pas si difficile que cela de partir seule. Le plus dur, ce sont les premiers jours. Car on est seul. Sans repère. On ne sait pas trop où on est, où on va. Et puis on se bouge… et tout roule. 🙂 On apprend ses forces et on les développe. (Après, pour un premier voyage, c’est sûr qu’il vaut mieux ne pas partir en dans un pays trop dépaysant… quoique, certaines le font 🙂

  • Reply Nathalie Cookieetattila 18 mars 2015 at 15 h 36 min

    Je suis partie en Erasmus pendant 5 mois à Ljubljana. J’ai adoré arriver là-bas, me débrouiller et me construire des souvenirs. Mais j’en veux plus. L’Erasmus, c’est assez facile finalement, une petite routine s’installe vite et on est pas seuls.
    Je rêve donc de partir seule, pour de vrai!! Ton article me rappelle que j’en rêve et que je dois me bouger si je veux que ça se passe!

    • Reply Lili 18 mars 2015 at 19 h 00 min

      Wow Ljubljana !Ça devait être magnifique et dépaysant. Je ne suis jamais allée en Europe de l’Est mais il parait que c’est une très belle ville. C,est vrai qu’erasmus c’est facile car on est dans un cadre. Mais je trouve ça bien car cela permet de « se faire la main » lors des premiers voyages. 🙂 Tu as encore la possibilité de repartir avec les PVT, les voyages et tout ça… je te le souhaite 🙂

  • Reply Planet Addict 18 mars 2015 at 15 h 51 min

    J’ai fait mes voyages à deux, mais j’ai ressenti les mêmes choses que toi! Certes, seule cela doit aller plus vite car tu te retrouve immédiatement hors de ta zone de confort. Pas le choix il faut y aller. Alors qu’à deux cela prend plus de temps et tu as tout de même une micro zone de confort dans laquelle te réfugier. Donc pour moi, c’est un processus encore en cours que je vis chaque jour un peu plus!
    Le voyage ouvre tellement de perspectives sur ce que c’est de vraiment vivre, que je ne peux m’en passer!

  • Reply Anne Jutras 18 mars 2015 at 18 h 03 min

    Bonjour Lili,
    Je n’ai jamais voyagé seule, sauf quand je pars faire de la photo, mais ce n’est pas pour de longue période. Mais je ne doute pas que je me découvrirais des forces insoupçonnées et que la confiance en moi grandirait. J’admire les gens qui, comme toi, partent vers un autre pays et y demeurent pendant un certain temps. Ça demande un sacré courage! Je les envie, en fait. Mais en même temps, je ne sais pas si je serais capable de le faire. Bravo pour cet article qui met en lumière les qualités que l’on peut développer à voyager seul.
    Bisous

    PS : es-tu de retour chez toi? Ou encore en voyage en quelque part?

    • Reply Lili 19 mars 2015 at 9 h 16 min

      Je crois qu’on est tous capable de le faire 🙂 Suffit de sauter le pas. C’est le plus dur…
      Je crois qu’on développe aussi ces qualités en voyageant à plusieurs. Mas de manière moins prononcer parce qu’on a quelqu’un sur qui compter ou nous épauler…
      Je suis à Budapest pour quelques semaines en ce moment et sinon je suis en France. Mais je compte rentrer à Montréal d’ici quelques mois.

  • Reply Girly Traveller 18 mars 2015 at 21 h 16 min

    Premier voyage seule et en sac à dos: Guatemala et je ne me suis pas arrêtée en route.
    En voyageant seule on est au final rarement seule. On enchaîne les rencontres au gré des bus, auberges de jeunesse et autres gares routières.

    Ce que voyager seule et au long cours m’a appris avant tout c’est de ma détacher des choses matérielles. On peut voyager 6 mois avec un sac de 10 kg et au final se débarrasser de la moitié de son contenu. Ca a été pour moi une véritable libération.

    • Reply Lili 19 mars 2015 at 9 h 14 min

      Exactement. En Asie, j’ai fait la moitié de mon voyage seule et l’autre moitié accompagnée par des personnes rencontrées (et un mois avec une copine venue me rejoindre). En Australie, il suffisait d’arriver dans une auberge de jeunesse pour avoir 10 nouveaux « potes ». 🙂
      Je t’envie pour le Guatemala. Je rêve d’y aller.
      C’est que comme toi, j’ai appris à me détacher des choses matérielles. C’est fou comme on peut vivre avec 10 kilo et très bien le vivre. Plutôt que d’avoir tout un tas de choses inutiles… 🙂 En rentrant, j’ai même fait le tri dans mes affaires…

  • Reply olivier 19 mars 2015 at 13 h 42 min

    Je trouve que la partie « faire confiance aux autres » est très importante. Car aujourd’hui, on vit dans une société très égoïste, malheureusement …

    • Reply Lili 21 mars 2015 at 12 h 22 min

      C’est clair. On vit dans un monde où si un inconnu vient nous parler gentiment, on se dit  » « Qu’est-ce qu’il me veut ? »
      Alors qu’il y a des gens bien qui sont très gentils et avec qui on peut passer de bons moments à discuter. De même quand quelqu’un propose de nous aider ou je ne sais quoi encore…

  • Reply chapeau Louchio (nonaclo) 19 mars 2015 at 20 h 15 min

    Très bel article ! je pense que tu as raison cela doit rendre plus fort et nous donner confiance en nous ! il faut quand même beaucoup de courage ! pour se retrouver seul dans un pays étranger il y a la barrière de la langue cela n doit pas être simple ! si je pouvais remonter le temps et t’avoir connue lorsque j’avais 20 ans je pense que tu m’aurais motivé à partir, c’est un de mes regrets ne pas avoir eu le temps de voyager et de partir seul, tes voyages m’ont fasciné, et m’ont fait rêver
    Merci petite Lily pour tes jolis partage…

    • Reply Lili 21 mars 2015 at 12 h 28 min

      Oh tu sais en Asie, la barrière de la langue est mince car les gens parlent avec des gestes et ils sont toujours contents de voir des étrangers dans les coin reculés. Dans les villes, ils parlent anglais (plus ou moins bien).
      Mais c’est sûr que pour l’Amérique du Sud c’est différent. Ils s’attendent davantage à ce que tu parles espagnol…
      Il n’est pas trop tard pour partir… J’Ai rencontré un monsieur de 66 ans au Cambodge 🙂 il part tout seul pendant 2/3 mois chaque année en Asie… et il parle super mal anglais 🙂

  • Reply smilingaroundtheworld 25 mars 2015 at 17 h 51 min

    Voyager seule m’a surtout donné confiance en moi, et m’a appris que les gens, à 99,9%, étaient sympas et aidants. Et ça, c’est vraiment différent de ce que l’on peut entendre avant de partir… Quant à la confiance en soi, à force de constater qu’on se débrouille fort bien toute seule, elle monte en flèche !

    • Reply Lili 26 mars 2015 at 11 h 43 min

      Exactement ! 🙂 C’est fou comme être seule nous montre à quel point on est fort… Après, je me demande si les gens sont aussi aidants envers les hommes…

  • Reply excursions au Vietnam 26 juillet 2016 at 9 h 54 min

    Je suis tout a fait d’accord, j’ai toujours été perduadée que les voyages faisaient évoluer notre vision du monde. Très bon article !

  • Reply Audrey 8 novembre 2016 at 15 h 08 min

    Je suis bien d’accord aussi avec tous ses points ! Comme certains le disent, on découvre vite que le monde n’est pas hostile et que lorsque l’on est seul(e), surtout je dirais quand on est une femme, les gens sont encore plus chaleureux.
    Ça a aussi des inconvénients de voyager seule : vouloir,encore et toujours repartir 😀

  • Laisser un commentaire

    Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer