Lifestyle, Vis ma vie d'immigrée

Retour en France : au milieu du carrefour…

29 décembre 2013

Alice au pays des merveilles : réflexion sur les propres choix de vie Comme je vous l’annonçais il y a quelques jours, je pars en voyage en Asie mi-janvier. Voyage qui a fait l’objet d’une longue réflexion… tout autant que ma vie à Montréal. Au point qu’aujourd’hui, je suis à un grand tournant de ma vie, ne sachant plus vraiment si je veux vivre à Montréal ou rentrer en France pour de bon.

Retour en France ou rester à Montréal…

La décision de rentrer en France s’est faite il y a quelques mois pour diverses raisons personnelles. Aujourd’hui, après un mois en France pour préparer mon voyage et profiter de ma famille, je m’aperçois que Montréal me manque énormément.

Les prochains mois qui vont suivre seront donc ponctués par de « grandes » réflexions qui se feront en fonction de ce que l’avenir me réserve.

Retour en France : Réflexion sur les propres choix de vie

L’expatriation ou l’immigration (au choix… la frontière entre ces deux mots est tellement mince que j’ai le sentiment que nous les employons de manière parfois erronée), c’est bien plus que changer de pays. Je me rends compte aujourd’hui à quel point c’est une chose à laquelle on doit réfléchir.

Vivre à l’étranger implique des sacrifices et des compromis, mais aussi le deuil de certains aspects de notre vie. S’il y a une grosse préparation administrative à faire, il y a aussi une grosse préparation mentale à faire.

J’ai fait ce processus au fur et à mesure, sans m’en rendre compte parfois, sans comprendre réellement ce que je laissais derrière moi et ce que je prenais au passage.

Au-delà de ça, il y a aussi l’apprentissage et l’assimilation de la culture de sa terre d’accueil. Comprendre que si on parle la même langue, on ne rit pas pour les mêmes choses, on n’a pas les mêmes références culturelles (allez parler du Club Dorothée à un Québécois tiens !) et on ne fonctionne pas de la même manière.

Mais que l’on se rassure, cet apprentissage est rapide. Tellement rapide que maintenant, je crois que je suis autant française que québécoise dans l’âme. Mes réflexes sont parfois plus proches de la culture québécoise et de son mode de vie que de la culture française et de son mode de vie.

Je ne suis plus d’ici et je ne serais jamais de là-bas :

La vie à l’étranger m’a profondément changée. À tel point que chaque retour en France me donne l’impression d’être dans un pays étranger tout en étant familier. C’est un peu comme revoir un ami d’enfance. On le connaît par coeur et pourtant… pourtant, il a tellement changé… à moins que ce ne soit nous…

Après un mois en France, je me rends compte que beaucoup de mes réflexes reviennent, mais avec difficultés. Tout est bien ancré dans mon cerveau. Mais cela me paraît si lointain. Il me faut réassimiler le fonctionnement à la française. Je sais pourquoi j’ai eu envie de rentrer. Mais mon coeur reste partager entre deux pays… probablement comme les français que je connais qui sont rentrés en France après quelques années à Montréal…

Autant vous dire que ce voyage en Asie tombe à pique ! L’avenir et mon instinct me diront où poser mes valises pour de bons !

J’attends les commentaires et les expériences de ceux et celles qui ont vécu ce sentiment, qui sont rentrés en France  ou repartis. Je suis preneuse de tous les conseils pour m’aider dans ma réflexion.

Retour en France : Réflexion sur les propres choix de vie

You Might Also Like

21 Comments

  • Reply Jasmin 29 décembre 2013 at 23 h 24 min

    Ce n’est pas une décision facile à prendre.
    Il y’ a 2 ans, je ne me voyais pas du tout rentrer et puis finalement j’ai changé d’avis. Peut-être que c’est ce fameux cap des 7 ans et puis beaucoup de mes amis ici (à Toronto) sont repartis (et sans regrets jusqu’à présent) et puis j’ai envie de profiter de mes parents (qui ne sont pas éternels), de mes amis et de l’Europe. Je suis partie 3 semaines en France cet été et quand j’ai pris l’avion pour repartir à TO, je me suis demandée: » Mais qu’est ce que je fais là-bas? ». C’est la première fois que je réalisais, qu’en fait, ce n’est pas vraiment chez moi au Canada, même si j’y ai passé de très belles années. C’est peut-être aussi dû au fait de n’y avoir rien construit sentimentalement.
    Mais comme j’ai décidé de tenter la Belgique, je me dis que l’aventure continue, mais cette fois-ci, près des miens.
    Si cela peut te rassurer, tu as la réponse en toi, ne te pose pas trop de questions et écoute ton ressenti, il te montrera le chemin à prendre.

    Bon courage.

    • Reply liliaupaysdesmerveilles 30 décembre 2013 at 11 h 36 min

      Et non, c’est même une décision très difficile à prendre puisqu’il faut une nouvelle fois tout recommencer de zéro.
      Tu es originaire de Belgique ou tu as décidé d’y aller pour être à côté de la France ? Une de mes copines est partie en Belgique juste après avoir quitter Montréal. C’est peut-être plus facile de recommencer ailleurs qu’en France, je ne sais pas. Ce dont je suis sûre, c’est que quoi que je décide, il me faut un projet solide. C’est ce qui m’aidera à tenir le coup et à prendre la bonne décision.
      Tu quittes Toronto quand du coup ? Tu l’as peut-être dit sur ton blog mais entre temps, j’ai oublié. lol.
      Merci pour ton message ! Bises

  • Reply Milie 30 décembre 2013 at 15 h 48 min

    Oh que je te comprends… Je préférerais pas! lol Plus le temps passe, plus la question se pose pour moi, plus elle devient floue.
    quand je suis ici à Montréal, j’ai l’impression que quelque chose me manque (ma culture, la bouffe, ma famille) et quand je suis en France, j’ai l’impression de ne plus vraiment être chez moi. Je crois que au final quelque soit la décision que l’on prenne, on n’en sera jamais pleinement satisfait. alors, pour l’instant, j’essaie juste de vivre au jour le jour et j’essaie de pas trop y penser. Pas sur que ce soit la meilleure des techniques 🙂

    • Reply liliaupaysdesmerveilles 31 décembre 2013 at 14 h 56 min

      Je ne sais pas si c’est la meilleur technique mais tu as bien raison de profiter ! C’est ce qu’il faut faire. Tu résumes bien la situation en disant qu’à Montréal, on a toujours quelques choses qui nous manque et en France, on n’est plus vraiment chez nous… Mais il faut bien faire avec 🙂

  • Reply chapeau louchio 30 décembre 2013 at 18 h 42 min

    Je transmets ton message à ma fille qui est au Chili depuis le début d’avril. elle te donnera son vécu
    Je pense que notre cœur doit balancer entre de culture,, mais revenir cela ne doit pas être évident
    Bon courage, voyage, vit ta jeunesse, profite de chaque moment le temps passe vite plein de bonnes choses pour le futur

    • Reply liliaupaysdesmerveilles 31 décembre 2013 at 14 h 54 min

      Merci ! Je pense que c’est comme ça pour toutes les personnes vivant à l’étranger dans le fond. Il faut juste faire un choix un jour 🙂

  • Reply chapeau louchio 30 décembre 2013 at 18 h 45 min

    (ENTRE DEUX)

  • Reply Et Voilà Coralie 4 janvier 2014 at 18 h 23 min

    Immigrer à Montréal pour de bon ou pas ? Voici la (difficile) question qui m’attend en 2014. J’essaie parfois de faire l’autruche, de me laisser porter par les évènements qui m’amèneront à rester là (ou pas), mais je ne peux pas ignorer, comme tu le dis si bien, qu’il faille y RÉFLÉCHIR ! Merci en tout cas de partager ton expérience et ton ressenti ! Et belle année 2014 🙂

    • Reply liliaupaysdesmerveilles 6 janvier 2014 at 23 h 09 min

      Bonne année à toi aussi Coralie ! Réfléchis bien alors… Dans tous les cas, il y a des concessions à faire mais dans tous les cas aussi, le jeu en vaut la chandelle et tout est possible !

  • Reply Cindy http://came-true.blogspot.fr/ 9 janvier 2014 at 11 h 45 min

    J’aime beaucoup cet article. Tes réflexions me semblent si justes.
    J’ai vécu 8 mois en Irlande, et ce qui me manquait de la France, c’était surtout la famille et les amis. Je suis rentrée alors que ce n’était pas prévu, c’est surement ce qui a immédiatement provoqué ce grand sentiment de regret. Je ne voulais pas vraiment rentrer, pas déjà.
    Et depuis je rumine mon envie de repartir, en Irlande ou ailleurs… Je vise actuellement le Canada, Montréal justement. 🙂 J’attends l’ouverture des PVT là, je guette sans arrêt le site et le Twitter de l’ambassade, mais ils se font désirer…
    Bref, il me tarde en fait de ressentir de nouveau ce sentiment de manque mêlé à la certitude de me trouver au bon endroit, de réaliser un rêve…

    • Reply Lili 9 janvier 2014 at 15 h 44 min

      J’espère qu’ils vont bientôt ouvrir les PVT et qu’ils sont prêts à avoir un bug sur leur site car je sens que des milliers de français vont se jeter dessus !!! Ce n’est jamais évident de rentrer… on laisse toujours un bout de nous et d’où le fait que maintenant, je ne sais plus trop où m’installer vraiment. Je te souhaite vraiment de pouvoir t’installer à Montréal, c’est une ville vraiment géniale à vivre.

  • Reply ROUSSILHE 31 août 2014 at 7 h 21 min

    Bonjour Lilli,
    Je suis tombé sur votre blog par hasard. tout comme vous, j’aime beaucoup voyager 😉 . Je vous écris car moi aussi je vis au rythme canadien. Cette année, j’ai eu l’opportunité de partir trois mois au Canada pour des raisons professionnelles . Je regrette pas du tout mon choix d’être partie :). Entre rencontres touchantes, et attachantes, j’ai vite eu le virus canadien <3. Mon séjour se termine demain et je n'est pas envie de partir mais bon j'ai pas le choix. j'aurais plus tard comme projet de venir travailler au canada. L'accueil des canadiens m'a beaucoup touchée et je sens qu'il me manquera.

    • Reply Lili 2 septembre 2014 at 17 h 22 min

      Bonjour,
      Je vous que vous avez apprécié la vie canadienne 🙂 J’espère que le retour ne sera pas trop dur.
      Après presque un an loin de Montréal, je sais quel les canadiens me manquent toujours… Et Montréal avec 🙂
      Bon courage !

  • Reply AnnaJo Janisz 15 décembre 2014 at 9 h 01 min

    Bonjour Lili (re-:))

    Comme je comprends ces questionnements et ces incertitudes.

    Pour ma part, j’ai toujours été « entre-deux » puisque, née en Pologne et de double nationalité polonaise-française mais habitant en France depuis mes 4 ans, je ne me sens pas vraiment « chez moi » ni en France, ni en Pologne. Même si je reste persuadée que c’est dans la tête que ça se passe et que, pour des vadrouilleuses telles que nous ou ceux qui te lisent, l’essentiel est, comme dirait Jasmin, d’écouter son ressenti et de se sentir bien dans son esprit, avant de se sentir bien « quelque-part ».

    Ainsi, peu importe l’endroit, même s’il reste bien sûr des « et si ? » qui trottent sous le crâne, se poser dans son esprit permet de se poser, de s’ancrer quelque-part. Du moins pour un temps 🙂

    • Reply Lili 17 décembre 2014 at 10 h 16 min

      J’imagine qu’en ayant deux nationalités, ce n,est pas toujours facile de savoir où est le chez soi. Même si cela doit dépendre des personnes. Mon ancien coloc de Montréal était aussi polonais. Il est parti vivre au Québec avec ses parents à l’âge de 8/9 ans je crois. Mais je sais qu’il se sent 100% québécois et ne regrette pas la Pologne. Il n’y est retourné qu’une seule fois en plus de 20 ans… et il m’a dit : C’est ma famille… mais ce sont des étrangers pour moi… En voilà un qui ne se torture pas. Mais je comprends aussi son raisonnement.

      Pour ma part, c’est comme si un petit bout de mon coeur avait été semé partout où j’ai vécu ou voyagé… Mais Jasmin a raison. Il faut se sentir et s’écouter. Et comme tu dis, s’ancrer quelque part permet de reposer son esprit. Et je pense que cela permet de créer son chez soi. Après… Peut-être qu’un jour je ressentirai cette fameuse citation avec un homme  » Home is wherever I’m with you ». Ça m’aidera peut-être… Pour le moment, j’ai le sentiment d’avoir deux chez moi : La France et Montréal. Mais j’ai le sentiment que mon esprit se sent mieux avec l’état d’esprit québécois… 😉

      • Reply AnnaJo Janisz 17 décembre 2014 at 13 h 01 min

        Tout est dit 🙂 (je ne connais pas encore, moi non plus, le  » (mon) homme sweet homme » ;))

        • Reply Lili 17 décembre 2014 at 13 h 51 min

          Hihi Belle expression 😉

  • Reply Carole 20 janvier 2016 at 20 h 37 min

    Ah et voilà tout est résumé ici. Rester, rentrer. Moi aussi par manque de vie sentimentale je me dis que je peux bouger comme je peux. C’est vrai aussi que mes parents ne seront pas tjrs là alors autant en profiter plus. La solution c’est qu’ils devraient venir faire leur retraite ici avec moi hihi ! Ce serait le meilleur des mondes, mais à leurs âges on ne peut pas leur demander cela.
    Je suis à MTL moi aussi. Il y a bcp de monde de MTL ici on dirait.

    • Reply Lili 21 janvier 2016 at 12 h 26 min

      Je crois qu’il y a des visas maintenant pour les parents retraités dont les enfants sont immigrés au Canada… 🙂 C’est une belle option non ?

  • Reply aurélie 30 mars 2016 at 15 h 13 min

    Tombée sur ce blog par hasard.. Une autre Aurélie mais vivant au Canada depuis 22 ans. Un retour un jour en Europe pourquoi pas… Faut jamais fermer les portes:)) En attendant, que cette envie me pique je suis ici totalement chez moi et totalement intégrée tout en gardant la France dans mon coeur.

    • Reply Aurélie - The Daydreameuse 31 mars 2016 at 13 h 42 min

      Et tu as bien raison. Pour ma part, je suis toujours « le cul entre deux chaises » comme on dit. Ce n’est pas évident par moment…
      22 ans au Canada ! Wow !!!!! Tu es à Montréal ?

    Laisser un commentaire

    Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer