Voyage - Conseils pratiques, Voyages

Partir à l’étranger : 9 solutions pour étudier, travailler et voyager

9 janvier 2015

Partir à l'étranger : 9 solutions pour travailler, étudierait voyager à l'étranger

Partir à l’étranger… autant d’idées que de possibilités…

Je reçois parfois des messages de personnes me disant que j’ai de la chance de voyager, qu’ils aimeraient faire parfois faire la même chose mais ne savent pas comment faire avec les études, le manque de vacances, le manque d’argent. On me demande comment je fais pour partir autant et si longtemps (alors que je ne voyage pas tant que cela et surtout, pas autant que je le voudrais). J’ai peut-être de la chance. Mais c’est surtout et essentiellement une chance que je me suis donnée. Une chance que tout le monde peut se donner. Il n’y a pas de secret : je travaille et j’économise, ou bien je travaille sur place.

Des solutions pour partir à l’étranger, il y en a plus d’une. Vous pouvez même toutes les écumer pour voyager encore plus, encore plus loin, encore plus longtemps. Je me suis moi-même bridée il y a dix ans. Je n’osais pas partir en voyage par manque d’argent, parce que j’étais seule et parce que je ne connaissais personne qui l’avait fait pour me conseiller ou m’inspirer. (Et surtout, je n’étais pas très dégourdie). Avec le recul, je vois des possibilités multiples de partir et de fausses excuses pour rester, des possibilités qui vous permettent de partir à l’étranger, de travailler ou d’avoir des aides financières pour vivre sur place.

9 solutions pour travailler, étudierait voyager à l'étranger

1 – Les échanges universitaire & les études à l’étranger : Erasmus est ton meilleur pote !

Qui ne s’est jamais laissé à rêver en regardant L’Auberge espagnole ?

C’est grâce à une amie de fac, partie au Québec en échange universitaire avec Crépuq, que j’ai eu l’envie de partir. Faute d’argent, j’ai traîné, traîné et traîné avant de sauter le pas, enfin, en Master 2 ! – Il était temps – Je suis donc  partie en Grèce avec le programme Erasmus.

J’ai réalisé qu’il y avait des bourses d’échanges universitaire, des bourses de la mairie de Paris, etc. qui pouvaient m’aider à réaliser mon projet. Certes, les bourses ne sont pas attribuées à tout le monde. Mais cela vaut la peine d’essayer. Certes, des pays comme l’Angleterre, l’Allemagne ou les Etats-Unis et le Canada coûtent cher. Mais les programmes d’échanges universitaires proposent de plus en plus de pays qui ne demandent qu’à être découverts.

Vous pouvez aussi vous inscrire dans une université étrangère sans passer par un échange. Que ce soit spontané ou pour prolonger leurs études suite à un programme Erasmus, beaucoup d’étudiants le font.

2 – Fille au pair (ou garçon pair)

C’est une expérience que j’aurais aimé tenter mais n’étant pas du genre très maternelle, j’ai probablement bien fait de m’abstenir. Devenir fille au pair reste pourtant une des solutions les plus faciles et les moins coûteuses. Hormis les frais de visa éventuels, on est logiquement nourri et logé. On vit également au sein d’une famille. Rien de mieux pour découvrir la culture d’un pays.

3 – Les stages à l’étranger

Il est très facile de trouver un stage à l’étranger tout domaines confondus. Que ce soit pour 3 mois, 6 mois ou 9 mois, beaucoup d’entreprises ouvrent leur porte aux étudiants étrangers. C’est comme ça que j’ai pu partir en Australie (même si je suis partie avec un Working Holiday Visa car l’entreprise en question ne voulait pas faire de visa stagiaire). De plus, cela peut vous ouvrir des portes : certains stagiaires sont engagés à la fin de leur stage… et poursuivent leur aventure dans leur pays d’adoption. L’occasion pour certains de réaliser un rêve. Il n’est pas toujours évident d’obtenir un stage rémunéré è l’étranger, mais là aussi, il existe des bourses (d’université, de région…) pour vous aider financièrement.

 4 – Les VIE

A la fin de vos études, vous pouvez prétendre pour un Volontariat International en Entreprise (ou en Administration pour les VIA). Cependant, ne nous leurrons pas, les places sont rares et chers. Néanmoins, ce programme permet aux jeunes diplômés de moins de 28 ans de partir entre 6 et 24 mois à l’étranger en travaillant pour une entreprise française.

5 – Le bénévolat

Si vous rêvez de donner de votre personne pour aider les autres (et pas seulement pour soulager votre conscience de petit occidental), le bénévolat est aussi une bonne option de découvrir un autre monde et d’autres cultures. On peut en faire partout dans le monde : de l’Asie à l’Amérique Centrale, en passant par l’Afrique et l’Europe.

6- Le WWOOfing

Le WWOOfing permet de travailler bénévolement, dans l’agriculture en général en étant logé et nourri. On peut travailler de quelques heures par jour à quelques heures par semaine. C’est le moyen idéal pour aller à la rencontre de la population locale. A noter que dans certains pays, il faut un permis de travail ou un visa vacances travail pour pouvoir faire du WWOOfing, même si ce n’est pas rémunéré.

7 – Les Visas Vacances Travail

Aussi appelés :  Working Holiday Visa (WHV) ou Permis Vacances Travail (PVT)

Il existe aujourd’hui 8 Visa Vacances Travail dans le monde dédier aux Français : Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine, Corée du Sud, Hong Kong, Japon et Russie. Il n’y a que l’embarras du choix même si certains pays sont encore méconnus comme la Russie. Les Belges ont même la chance de pouvoir partir à Taïwan et un PVT pour le Brésil serait en discussion…

Les Visas Vacances Travail vous permettent de partir un an (ou deux ans maintenant pour le Canada) dans un de ces pays et de pouvoir y travailler en voyager à votre guise. En d’autres termes : vous travaillez pour financer vos escapades. Les frais et les quotas varient selon les pays. Vous pouvez prétendre à ce visa jusqu’à la veille de vos 31 ans (ou 36 ans pour le Canada). Si vous ne connaissez pas encore les PVT, jetez un oeil sur le site PVTistes.net qui est probablement le plus complet.

Pour ma part, j’ai pu profiter du WHV en Australie et du PVT au Canada. Et je me dis que plutôt que de m’acharner à trouver un « vrai boulot », j’aurais du profiter davantage des autres PVT offerts.

8 – Trouver un emploi sur place

Cette option est tout à fait possible et parfaite si on part travailler en Europe : pas besoin de visa, pas de barrières pour vous freiner. Évidemment, certains métiers plus plébiscités que d’autres, comme les informaticiens et les infirmières. Mais là encore, les possibilités sont multiples…

9 – Vacances, voyage au long court et tour du monde

Et puis si vous ne voulez ni travailler, ni étudier, vous pouvez toujours vous payer des vacances, un voyage ou un tour du monde. On le sait  tous, certains pays ne coûtent rien. Mon voyage en Asie pour 6 mois m’a coûté environ de 4 500€ (billets d’avion, assurance et visa inclus). Ceci n’est qu’un exemple. Mais cela vous montre qu’avec un peu d’économie, on peut partir loin, loin, loin et surtout… longtemps !

Je pense n’avoir oublié aucune solution vous permettant de partir voyager ou vivre à l’étranger et j’espère que cela éclairera et poussera les rêveurs voyageurs à partir pour vrai !

Partir à l'étranger : 9 solutions pour travailler, étudierait voyager à l'étranger

You Might Also Like

26 Comments

  • Reply Alice Roda 9 janvier 2015 at 11 h 49 min

    Ça reste limité quand même quand on à plus de 30ans….

    • Reply Lili 9 janvier 2015 at 12 h 10 min

      Oui, j’avoue… 🙁
      A part un PVT au Canada, un long voyage/tour du monde ou chercher un boulot sur place…
      C’est aussi pour ça que je voulais écrire cet article, pour pousser les « jeunes » à partir pendant qu’ils le peuvent et que les solutions sont multiples. J’ai passé la trentaine… et du coup… je vois bien que les options sont restreintes…

    • Reply caroline 3 juin 2016 at 10 h 31 min

      Alice j’ai plus de 30 , je suis enseignante avec un salaire francais qui etait de 1800€ quand j’ai demarrer mon voyage il y a 6 ans. tout est possible et surtout question de choix. « Il n’y a pas de probleme, il n’y a que des solutions » et soivent elles sont la devant nous, il fautpuvrir mes yeux et l’esprit ca aide pas mal. bon courage

  • Reply Kalagan 14 janvier 2015 at 3 h 55 min

    Et le « digital nomad » qui bosse en indépendant depuis l’étranger, tu en parles pas ?

    Quand même, cela se développe pas mal et dans mon réseau, je connais des dizines d’entrepreneurs (web, rédacteur, traduction, design, informatique, blogs…) qui bossent depuis où bon leur semble, tant qu’ils ont une conenxion internet.

    Et en général, ils ont la trentaine 🙂

    • Reply Lili 14 janvier 2015 at 10 h 30 min

      Alors là cher Kalagan, tu viens de me rappeler à l’ordre comme il faut !
      Etant moi-même rédactrice web free-lance depuis quelques mois (après des années en communication) dans le but, justement, de pouvoir être un peu plus libre de mes mouvements, de mes voyages et de mon lieu de vie… Comment ai-je pu oublier le digital nomade ??????? Ahem…
      Car tu as totalement raison. Il y a de plus en plus d’entrepreneurs sur le web avec les métiers que tu viens de citer et qui ont la trentaine !
      Article à corriger très rapidement…
      Merci pour ton commentaire !!!!!

  • Reply Rose 12 février 2015 at 11 h 04 min

    Bonjour Lili,

    Je suis tombée sur ton article par hasard et je le trouve très intéressant ! Il correspond parfaitement à ma situation.
    J’ai 23 ans et ayant arrêté mes études cette année je souhaiterais vivement partir 3/4 mois à l’étranger à partir du mois de Mai. Seulement je ne sais pas dans quelle optique partir, ce qui me décourage un peu (manque de temps surtout, manque d’argent …). Comme je compte reprendre mon Master en Septembre 2015 je ne pourrais malheureusement pas partir bien longtemps. Pourtant je rêverai de voyager hors Europe (Australie ou Canada) mais « sacrifier » un PVT pour une si petite période…c’est un peu dommage. D’autant que l’idée serait de travailler dans le pays donc sans ce précieux visa cela me semble vraiment impossible.
    Après le but premier de ce voyage serait de perfectionner mon niveau d’anglais (et découvrir une autre culture), donc je ne suis évidemment pas contre le fait de réduire mes destinations, ce qui d’ailleurs serait plus simple pour moi en terme de démarches et de possibilités pour trouver un petit job.
    Aurais-tu quelques conseils à me transmettre ?

    Merci par avance pour ton avis 😉

    Rose

    • Reply Lili 13 février 2015 at 10 h 20 min

      As-tu pensé à faire fille au pair ? Tu peux partir quelque part en Europe. C’est vrai que même fille au pair pour l’Australie, il faut le PVT. Mais au Canada ou USA, c’est un autre visa. Alors pourquoi pas… Je comprends que tu ne veuilles pas gâcher ton PVT pour une si courte période. Ce serait dommage surtout pour l’Australie (moi la moitié du mien a été consacré pour mon stage et je le regrette un peu).
      En tant que fille au pair, tu aurais le temps de prendre des cours d’anglais aussi. Et sinon… Tu peux peut-être partir en Erasmus (ou autre programme) pour un semestre à l’étranger pendant ton Master, c’est toujours un bon moyen d’améliorer son anglais (ou une autre langue).

      • Reply Rose 14 février 2015 at 21 h 20 min

        Lili,
        Effectivement j’avais déjà envisagé l’option fille au pair qui pourrait être une bonne alternative dans mon cas, mais je ne pense pas trouver de famille uniquement pour 3/4mois …en fait j’ai toujours remarqué que la durée d’un séjour en famille d’accueil était de 6 à 12. Mais peut-être qu’une période plus courte pourrait être envisageable, il faudrait que je me renseigne davantage, notamment sur les agences qui le propose.
        Et pour le semestre à l’étranger j’y songe de plus en plus, comme je souhaite faire mon M1 en alternance je pense ne pas avoir la possibilité de partir, mais si je décide de faire mon année en cursus initial je ne manquerai pas de l’organiser autour d’un voyage!
        En tout cas je te remercie pour ta réponse et tes conseils 😉
        Bon weekend,
        Rose

        • Reply Lili 15 février 2015 at 19 h 36 min

          Il me semble que pour l’Angleterre, on peut trouver pour 3/4 mois, notamment pour la période estivale. Renseigne-toi auprès des agences, ils pourront te conseiller. Mais je sais que ça se fait. C’est plutôt pour les USA ou Australie qu’ils veulent du long terme.
          En tout cas, ne t’inquiète pas, tu auras toujours des solutions pour voyager.

  • Reply Akermi 20 mars 2015 at 15 h 56 min

    Votre article est superbe c’est le rêve de ma vie mais c’est pour les français uniquement car je suis un jeune algérien !!!

    • Reply Lili 21 mars 2015 at 12 h 25 min

      Oui, malheureusement… On vit dans un monde où certains passeports sont plus avantageux que d’autres 🙁 Mais pour les études, tu dois quand même pouvoir le faire non ?

  • Reply Poiz 21 novembre 2015 at 16 h 19 min

    Je rejoins AKERMI.
    Un rêve facilement accessible aux Français mais pas à nous les étrangers.

    J’ai 29ans et je suis mère célibataire. Cela dit je ne désespère pas de trouver un travail à l’étranger et partir avec ma file (qui elle est française).

    Très bel article soit dit en passant! Bien écrit et plain d’informations 🙂

  • Reply excursions au Vietnam 4 août 2016 at 11 h 24 min

    C’est vrai que les échanges erasmum sont très apprécié des étudiants pour partir dans un autre pays.

  • Reply Mélanie F 8 août 2016 at 17 h 45 min

    Très interessant ! Avec mon copain nous voudrions partir à l’étranger à partir de septembre 2017 surement pour une durée de 9 mois minimum ! Mais malheureusement on ne sait pas vraiment comment si prendre,on aimerait travailler la bas, j’ai vu le site PVtiste mais pour l’australie, la nouvelle zelande il faut avoir bien 4 000 € de côté sur son compte, une belle somme quand on est encore moitié etudiants, moitié dans la vie active.. nous cherchons d’autre moyen mais je ne me voit pas partir comme ça sans avoir quoique ce soit entre les mains et sans aides.

    • Reply Aurélie - The Daydreameuse 9 août 2016 at 10 h 54 min

      Coucou Mélanie,

      Effectivement, mieux vaut ne pas partir sans rien. Même si j’en connais qui sont partis en Australie en demandant un virement de leurs parents ou amis juste pour avoir le justificatif qui prouvait qu’ils avaient assez d’argent et qui ont rendu l’argent illico presto.

      Mais je ne conseillerais pas de partir sans argent… Je vois déjà que moi, l’Australie ne demandait que 3000€ pour le départ et non 4000€. Après, vous pouvez toujours travailler quelques mois en France pour économiser un peu avant de partir en Australie. 4000€, c’est pas tant que ça et ça se fait vite si vous faites attention. Vraiment ! Vous devez certainement avoir un petit peu de côté déjà.

  • Reply lorene AURS 29 août 2016 at 15 h 42 min

    la solution partir a l’etranger est trouver sur place me fait un peu peur meme si c’est hyper tentant…;

  • Reply Berdar 31 décembre 2016 at 0 h 15 min

    Bonjour J’ai trouvé votre site très encourageant. Mais j’ai une petite question aufaite moi je compte aller au Canada pour m’installer pas trop le moyen je suis d’origine étrangère et de nationalité française vous me conseille quelque visa ?
    Merci d’avance .

  • Reply Biefnot 13 janvier 2017 at 11 h 50 min

    Bonjour j’aimerais savoir si quelqu’un parmi vous est deja parti durant un an au canada ? Si oui j’aimerais avoir des informations .

    Merci d’avance!

  • Reply Aline Vacheron 2 février 2017 at 18 h 44 min

    Bonjour a tous.Je pense que je voyage pas mal et les durées de mes séjours augmentent a chaque fois. Je n’ai vu nul part (peut être mal lu) le système « workaway ». vous travaillez chez l’habitant 4/15h par jour en semaine en contre partie vous êtes nourri, logé. Même pour une deux semaines ou un mois.j’ai du annuler le mien a Québec en août mais je tente à mon prochain voyage. Jetez un œil, Je connais plusieurs personnes à avoir essayer….

  • Reply Cha 22 avril 2017 at 23 h 44 min

    Je suis étudiante et devrait aller en master l an prochain. Je compte bien partir a l etranger dans le cadre d un semestre ou d un stage… Tu as du beaucoup travailler pour pouvoir payer ton projet erasmus en master 2 ?

    • Reply Aurélie - The Daydreameuse 25 avril 2017 at 17 h 41 min

      Non, j’ai eu la chance d’avoir des bourses. Comme je suis partie en Grèce, la vie coûtait moins cher qu’à Paris. Ce qui a arrangé mes parents aussi qui m’aidait financièrement. Il faut voir toutes les bourses que tu peux avoir (c’est peut-être moins facile maintenant qu’en 2006).Mais tu peux aussi trouver un petit job sur place je pense, selon où tu pars.

      • Reply Cha 25 avril 2017 at 17 h 51 min

        Daccord bah merci pour les infos

        • Reply Aurélie - The Daydreameuse 25 avril 2017 at 18 h 00 min

          Désolée de ne pas pouvoir t’aider plus que ça… 🙁 Tu veux partir où en Erasmus ?
          Si c’est un stage, tu peux être payée, c’est l’avantage…

          • Cha 25 avril 2017 at 19 h 07 min

            Pour l instant je suis en train de m inscrire en master. Je pense simplement a ca comme ca. Mais je veux vraiment avoir une experience a l etranger pour plusieurs choses differentes.
            Donc j ai des idees comme l Irlande ou l Angleterre. Je pense que pour un stage cela peut etre bien la bas. Peut etre meme plus en angleterre qu en Irlande. Je verrai ca quand j y serai…
            Merci en tout cas c est gentil de rép
            Et c est vrai que si c est en master 2 j aurai 6 mois donc un revenu… ca facilitera les choses donc cool !

    Laisser un commentaire

    Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer